Schelcher Prince Gestion ouvre aux investisseurs son fonds de créances fournisseurs

20/10/2023

Presse – Agefi

Annoncé au printemps dernier, le véhicule dispose d’un encours de créances à refinancer de 150 millions d’euros.

Le fonds Schelcher Working Capital Financing propose aux investisseurs – institutionnels et entreprises moyennes et grandes – de miser sur un sujet d’actualité, les besoins de trésorerie des entreprises.

Avec la hausse des taux, elles mobilisent toutes les sources possibles de cash. Pour les fournisseurs, escompter leurs créances sur des clients de qualité prend tout son sens. La société de gestion Schelcher Prince (groupe Crédit Mutuel Arkea) propose ainsi aux investisseurs des placements refinançant des créances fournisseurs sur des entreprises de type ETI.

Risque faible

De quoi miser sur des actifs diversifiés, avec un risque mesuré puis que les créances sont à un mois et par nature peu risquées. « En règle générale, les fournisseurs sont souvent  payés avant les créanciers bancaires et obligataires afin de maintenir l’entreprise en exploitation ainsi que ses emplois, avance Adil Amor, directeur général de Schelcher Prince Gestion (SPG).

Pour cette offre, Schelcher Prince Gestion table s’appuie sur le partenariat noué avec Pytheas Capital, une fintech qui propose aux entreprises d’optimiser le traitement de leurs factures BtoB. Sa plateforme TRESO2 permet un traitement sécurisé et digitalisé et ouvre des possibilités de refinancement pour le donneur d’ordres ou le fournisseur. En l’espèce, la société de gestion va refinancer des crédits fournisseurs accordés par des ETI et mis en place dans le cadre d’un programme d’affacturage inversé, géré par Pytheas Capital. De leur côté, les équipes de gestion vont assurer la sélection des ETI donneurs d’ordres, représentant le risque de crédit de l’investisseur.

Le rendement annuel devrait dépasser 5%, ce qui correspond au taux d’escompte des factures, soit Euribor 1 mois, environ 3,80%, et une marge de 1% à 1,5%.

A lire aussi : Crédit Mutuel Arkea mise sur la titrisation de créances fournisseurs

Ecosystème TRESO2