Fraikin agit pour ses fournisseurs

14/01/2021

Presse – AGEFI

Le loueur de véhicules a déployé un programme de garantie de paiement via la plate-forme Tréso2 de Pytheas.

Quand la trésorerie est plus que jamais le nerf de la guerre, les entreprises sont en quête de solutions alternatives de financement. Fraikin, acteur majeur européen de la location de véhicules commerciaux et industriels, a franchi le pas avec la plate-forme Tréso2 de Pytheas, outil dédié au traitement des factures pour le compte des donneurs d’ordres et de leurs fournisseurs (voir l’illustration). L’outil de gestion est associé à un fonds commun de titrisation (FCT) mutualisant les factures d’une dizaine d’entreprises pour un encours voisin de 100 millions d’euros actuellement, refinancé par des investisseurs. Fraikin a souhaité agir dans un souci « de renforcer le partenariat et la confiance mutuelle avec nos fournisseurs », selon Augustin Huyghues Despointes, directeur financement et trésorerie de Fraikin. Il s’agit ici concrètement « d’offrir à nos fournisseurs français une meilleure visibilité sur le suivi et le traitement des factures et de leur garantir le paiement à échéance, pour une meilleure gestion de trésorerie ». Pour autant, Fraikin garde la main sur les fournisseurs et les factures concernés. Elles seront payées échéance par le biais de la plate-forme, Fraikin réglant ensuite cette dernière dans un délai supérieur à 30 jours. Rien ne change donc pour le fournisseur en termes de montant perçu ou de date de règlement. Mais il est assuré du bon règlement de la facture. Fraikin y gagne un financement « à un coût plus faible que ce qui a pu nous être proposé par ailleurs », plaide Augustin Huyghues Despointes. Ce coût est fixé par Pytheas sur la base du risque crédit évalué par un comité d’analyse au sein de Schelcher Prince Gestion, filiale de l’actionnaire à 25 % de Pytheas qu’est le Crédit Mutuel Arkéa. « Il varie naturellement selon le donneur d’ordres », indique Ludovic Sarda, président fondateur de Pytheas Capital Advisors. « Une dizaine sont actuellement présents sur Treso2, pour des coûts de financement annualisés de 0,95 % à 3 % ». Ce même taux pourra être appliqué si l’option, écartée pour l’instant par Fraikin, de paiement anticipé est activée : il viendra alors diminuer la somme versée au fournisseur par la plate-forme. Le taux sera identique car le risque pour Pytheas reste le donneur d’ordres, pas le fournisseur. Ce paiement anticipé pourra être prévu contractuellement ou laissé libre la main du fournisseur à la facture, autant dire « à la carte ». « Nous souhaitons développer cet affacturage inversé collaboratif », pointe Ludovic Sarda. « Pour tout donneur d’ordres au sein de Tréso2, le processus reste dynamique et flexible ».

SIMPLICITE ET SECURITE

L’encours du FCT sur lequel repose la mécanique Tréso2 a bondi de 40 % sur les trois derniers mois de 2020, selon Ludovic Sarda, qui vise un doublement en 2021. Notamment grâce un partenariat qui sera dévoilé au premier trimestre avec un acteur de poids de la distribution spécialisée qui privilégiera l’aspect collaboratif. « La crise actuelle passant par un essor du télétravail renforce la prise de conscience de l’exigence d’outils de pilotage plus simples et efficaces. Tréso2 est une plateforme SaaS (Software as a Service, NDLR), c’est-à-dire accessible de partout. Elle est interfacée avec l’ERP (progiciel de gestion intégrée) du donneur d’ordres, elle y trouve toutes les données des factures, qu’elle traite jusqu’au paiement », détaille Ludovic Sarda. A ses yeux, « les sociétés ne sont pas, en règle générale, opposées à permettre ce pilotage flexible de leurs factures fournisseurs, mais se heurtent à des circuits de décision et de traitement complexes qu’elles pensent rédhibitoires. Nous simplifions et sécurisons la manœuvre ». De fait, « l’utilisation de Tréso2 est agréable et automatisée, pour nous comme pour nos fournisseurs », assure Augustin Huyghues Despointes. Qui souligne que le programme de Fraikin a été à 90 % déployé en deux mois à fin décembre. Il s’adresse initialement à une quinzaine de fournisseurs français équipementiers et carrossiers. Il pourrait s’étendre à ceux de Via Location, loueur dont Fraikin a bouclé le rachat en octobre dernier.

Sachant qu’au-delà, il ne peut pas concerner les fournisseurs

Déployant eux-mêmes un programme d’affacturage classique, les créances devant être cédées avecTréso2.

Lien : https://www.agefi.fr/corporate/actualites/hebdo/20210114/fraikin-agit-fournisseurs-312864

Ecosystème TRESO2